Le Galibier : Que faut-il savoir ?

Le Galibier est un endroit charmant. Il fait 2642 mètres d’altitude et il représente la frontière géographique entre les Alpes du sud et du nord. Le col du Galibier fait partie des plus hauts cols de la France. Il a une renommée internationale et son ascension n’est pas facile. Sur 32 km en partant de Saint Michel de Maurienne, on enregistre un dénivelé positif de plus de 2000 m.

Si vous êtes un cycliste, le col du Galibier sera une étape difficile à aborder. Même les coureurs du tour de France ont du mal à bien aborder l’ascension. Il faut être dans de bonnes conditions physiques et être habitué à la montagne. Le Galibier met à rude épreuve notre corps et notre esprit. Cependant, ce col mythique réserve à ses visiteurs une vue panoramique sur les alentours. Nous mettons à votre disposition des informations utiles sur l’ascension de ce col.  

Le Galibier est un endroit charmant. Il fait 2642 mètres d’altitude et il représente la frontière géographique entre les Alpes du sud et du nord. Le col du Galibier fait partie des plus hauts cols de la France. Il a une renommée internationale et son ascension n’est pas facile. Sur 32 km en partant de Saint Michel de Maurienne, on enregistre un dénivelé positif de plus de 2000 m.

Si vous êtes un cycliste, le col du Galibier sera une étape difficile à aborder. Même les coureurs du tour de France ont du mal à bien aborder l’ascension. Il faut être dans de bonnes conditions physiques et être habitué à la montagne. Le Galibier met à rude épreuve notre corps et notre esprit. Cependant, ce col mythique réserve à ses visiteurs une vue panoramique sur les alentours. Nous mettons à votre disposition des informations utiles sur l’ascension de ce col.  

La première étape de l’ascension

Le site est ouvert entre mai et juin. Les dates d’ouverture dépendent en grande partie du niveau d’enneigement. Dès fois, le col peut être bouché par la neige, bloquant ainsi son accès.

Pour vaincre le Galibier, vous devez organiser votre ascension en deux parties. La première partie commence à Saint Michel de Maurienne et la seconde au col du télégraphe. En partant de Saint Michel de Maurienne, vous passerez par la rivière de l’Arc.

A partir de cet endroit, vous commencerez à sentir la route s’élever. Sur près de 12 km, la route s’élève. Il faut remarquer que la qualité de la voie est optimale. Cela s’explique par le fait qu’elle est spécialement aménagée pour accueillir le tour de France. Le fort du télégraphe se trouve à droite. Cet espace est occupé par les militaires.

La seconde étape

Le col du télégraphe a une pente pas très difficile (7% en moyenne). Mais son ascension n’est pas pour autant aisée. D’ailleurs, la plupart des gens auront du mal à mi-parcours au niveau du passage de 8 à 9%. Les arbres de la forêt permettent d’atténuer la chaleur lors de votre ascension. Maintenez votre effort, car vous êtes presque arrivé. Sur les derniers hectomètres, la pente se réduit considérablement et la route s’aplanit.

Quelques instants après, la belle vallée de la Maurienne sera à votre portée. Après avoir franchi les 1566 mètres de ce col, vous pouvez vous reposer et prendre quelques photos afin d’immortaliser votre ascension. Profitez du point d’eau extérieur au niveau du bar du col. Allez ! l’ascension continue. Rassemblez vos forces pour 5 km supplémentaires afin de descendre jusqu’à la commune de Valloire. Faites un petit détour au chalet des saveurs afin de déguster de bons plats.

Vous êtes fin prêt pour la dernière étape ? Passez par l’église de Valloire pour rejoindre le hameau des Verneys. Mais ce passage n’est pas une partie de plaisir. En effet, la pente est rude. Mais ce n’est que pour un temps. Une fois arrivé au hameau des verneys, vous aurez une route plate sur près de 2 km. Cette route sort de la forêt et elle permet d’apprécier une faune et une flore diversifiées. Les marmottes sont d’ailleurs très présentes sur cette route.

A cette étape, vous ne verrez pas encore le col mais le sommet du grand Galibier sera en face de vous. Ensuite, passez par le hameau de bonnenuit afin de vous rendre au plan-lachat. Après avoir traversé le pont, vous serez à plus de 2000 mètres. Et c’est là que l’ascension est la plus difficile. Les 8 km restants sont marqués par une pente moyenne de 8% et un dénivelé positif sur 640 mètres.

Vous pouvez en profiter pour contempler le grand Galibier et les belles aiguilles des rochilles. Déjà au niveau des granges, le col commence à prendre forme. A la fin de votre effort, le col du Galibier vous offre une magnifique vue sur le pic Gaspard, la barre des écrins, la vallée de Briançon.

Si vous êtes rapide dans votre ascension alors en 2h, vous pouvez atteindre le col. Mais en prenant tout votre temps et surtout en contemplant chacune des merveilles présentes sur la route, il vous faudra 4 heures pour atteindre le sommet. Il est préférable de réserver un hébergement dans la région afin de prolonger votre plaisir. En choisissant un camping dans le Vercors, vous profiterez d’une nature splendide et des services de qualité.